Plantes d’importance botanique nationale : If du Canada! Un combattant contre le cancer du sol de la forêt

Dans les forêts matures, les arbres imposants attirent la plupart de l’attention, mais, parfois, les plantes les moins dominantes sont également intéressantes. Habitant dans le sous-étage ombragé des forêts de l’est de l’Amérique du Nord est un arbuste prostré et répandu d’importance botanique nationale au Canada en raison de son rôle crucial dans la médecine humaine. L’if du Canada, Taxus canadensis, prospère dans les sols riches sous les auvents du sapin baumier, de l’épinette et des feuillus matures. On peut les voir autour d’Ottawa formant un couvre-sol sain dans la forêt Pinhey et le long de la rivière Jock.

L’if du Canada pousse dans une masse tentaculaire, atteignant une hauteur de pas plus de 5 pieds, mais s’étendant jusqu’à 8 pieds de large. Les colonies se forment lorsque les branches touchent le sol, s’enracinent et poussent, faisant progressivement un tapis expansif. Les aiguilles à feuilles persistantes plates d’un pouce de long sont vert foncé brillant avec un dessous rayé plus pâle. Les aiguilles pointues sont disposées en spirale autour de la brindille. Pourtant, les branches ont un aspect aplati car les aiguilles supérieures et inférieures se tordent latéralement. Comme pour les autres conifères, les fleurs femelles et mâles séparées sont facilement négligées. Trouvées à l’aisselle des feuilles, ces petites structures en forme de cône – strobili – ressemblent à des bourgeons écailleux.

La caractéristique la plus définitive de l’if est son cône. Contrairement aux cônes secs et ligneux de la plupart des conifères, les cônes d’ifs sont des arilles rouge vif – des coupes charnues ouvertes à une extrémité pour révéler une grosse graine. Les oiseaux tels que les ailes de cèdre, les grives et la gélinotte huppée se nourrissent des arilles et sont les principaux agents de dispersion des graines.

En raison de sa dépendance à l’égard des forêts matures, l’if du Canada est très intolérant à l’exploitation forestière, au feu et à d’autres perturbations majeures. Les changements climatiques peuvent également menacer cette espèce, car elle pousse mieux dans un environnement stable avec des niveaux d’humidité stables. Dans le passé, la récolte était une menace importante pour les populations d’ifs.

Dans les années 1970, des alcaloïdes anticancéreux ont été découverts dans l’écorce de l’if occidental, Taxus brevifolia. Le médicament anticancéreux Paclitaxel y a été développé. La récolte déclenche un déclin des populations sauvages. Les pénuries imminentes ont stimulé la recherche sur d’autres espèces d’ifs. On a constaté que l’if du Canada présentait les mêmes composés souhaités.

Aujourd’hui, l’industrie canadienne des pépinières d’ifs fournit des ingrédients pour les médicaments anticancéreux sans épuiser davantage les populations sauvages.

L’if du Canada fera partie de Canadensis, le jardin botanique national du Canada à Ottawa.

A lire également